21 janvier 2020

L’emploi privé en Franche-Comté confirme son repli au 3e trimestre 2019

Après un 1er trimestre 2019 encourageant, le nombre d’emploi diminue (- 0,2 %) pour le 2ième trimestre consécutif (- 1 600 postes au 3ième trimestre, - 1 550 au 2ième trimestre) en Bourgogne Franche-Comté.

La région Bourgogne Franche-Comté est à nouveau la seule région à perdre des emplois privés ce trimestre (- 0,4 % en Bourgogne et - 0,1 % en Franche-Comté). En
effet, au niveau national l’emploi salarié privé poursuit sa croissance (+ 0,2 %) mais à un rythme moins soutenu qu’au précédent trimestre.

Finalement, malgré un début d’année positif, la Franche-Comté perd 0,3 % d’effectifs, soit 1 265 salariés de moins, pour s’établir à 280 085 salariés.

Les embauches de longue durée repartent quant à elles à la hausse (+ 0,9 % : + 3,0 % en Bourgogne et - 1,1 % pour la Franche-Comté), à l’instar du national, après 2 trimestres de baisse. Cette progression est portée uniquement par deux secteurs : le commerce et l’industrie.

Tous les secteurs perdent des emplois excepté la construction

Contrairement au niveau national, où tous les secteurs d’activité progressent, en Bourgogne-Franche-Comté seule la construction maintient ses effectifs.
L’industrie, fragile depuis plusieurs années, perd encore 510 postes ce trimestre, soit une baisse de 0,9 % (- 0,3 % en Bourgogne et en Franche-Comté), pour atteindre 1 460 postes sur un an.
Seuls 3 départements font exception en région et stabilisent leurs emplois industriels : la Haute-Saône, la Saône-et-Loire et le Jura.
L’emploi dans le secteur des services hors intérim est en baisse pour la première fois depuis mi-2018 (- 390 postes ce trimestre), contrairement au national.
Le commerce, également en difficulté, perd 300 postes en région au 3e trimestre (- 0,4 % en Bourgogne et - 0,1 % en Franche-Comté).

L’emploi en baisse dans tous les départements sauf dans le Jura

En région, l’emploi permanent et intérimaire est en difficulté ce trimestre, seul le Jura maintient ses effectifs ce trimestre. La Nièvre et le Territoire de Belfort enregistrent les plus fortes pertes (- 0,5 %).

3 zones d’emplois en forte croissance (de plus de 1 %) et 2 zones en grande difficulté (perte de + 2 %)

Sur les 25 zones d’emploi que compte la Bourgogne-Franche-Comté, 6 zones enregistrent une progression de l’emploi total hors intérim quel que soit le secteur d’activité (dont Dole, Pontarlier, Gray et Besançon en Franche-Comté) et onze zones sont en difficulté quelle que soit l’activité (dont Saint-Claude, Belfort-Montbéliard-Héricourt en Franche-Comté).

Voir le communiqué de presse