6 mars 2019

Micro-entrepreneurs : un statut attractif mais peu rémunérateur

Le statut « micro-entrepreneur » (ME), initié en 2009, fête ses 10 ans cette année. C’est l’occasion pour l’Urssaf Franche-Comté de dresser un bilan sur l’évolution de ce statut en Franche-Comté.

12 920 micro-entrepreneurs en Franche-Comté

A fin 2017, la Franche-Comté compte 12 920 micro-entrepreneurs économiquement actifs (ayant déclaré au moins un chiffre d’affaires positif sur la période), soit 80 % du total des comptes ME immatriculés (16 130).
Le nombre de micro-entrepreneurs a ainsi été multiplié par 5 entre 2009 et fin 2017.

Le profil des micro-entrepreneurs francs-comtois

Sur les 12 920 ME, 26 % sont des professions libérales et 74 % des artisans-commerçants.
Le chiffre d’affaires moyen annuel s’élève à 9 988 € à fin 2017. Ce dernier est en nette augmentation par rapport à 2009 ou il atteignait 6 075 €.
Parallèlement, le bénéfice annuel moyen est globalement faible. Seul 7 % des micro-entrepreneurs ont un bénéfice supérieur au Smic. Pour 65 % des ME économiquement actifs, le bénéfice annuel moyen est inférieur à 4 500 €. Celui des professions libérales est supérieur à celui des artisans commerçants (5 800 € contre 4 475 €).
Les hommes représentent 62 % des micro-entrepreneurs. La tranche d’âge la plus représentée dans la population ME est celle des 30-49 ans.

Des différences selon les départements

En 2017, le nombre de ME diffère selon les départements. Le Doubs est le département avec le plus de micro-entrepreneurs (5 800). Viennent ensuite le Jura (3 200), la Haute-Saône (2 700) et enfin le Territoire de Belfort (1 200).
Pour ce qui est du chiffre d’affaires, le Jura est le département avec le chiffre d’affaires annuel moyen le plus élevé (10 230 €) et le seul supérieur à celui de la Franche-Comté (9 988 €). Suivent le territoire de Belfort, le Doubs et enfin la Haute-Saône (9 974 €, 9 956 € et 9 774 €).

En savoir plus

Au-delà de leur mission première de collecte des cotisations et contributions sociales (3,9 milliards d’euros collectés en 2018), l’Acoss et le réseau des Urssaf se sont attachés à développer leurs activités de production statistiques permettant ainsi de mobiliser les informations collectées, tant au niveau national qu’au niveau local, au service de l’analyse économique.
La richesse des informations collectées par l’Urssaf permet des vues détaillées du tissu économique, de l’emploi salarié, des revenus du travail, mais également des dispositifs en faveur de l’emploi. En outre, l’activité de gestion des comptes cotisants fournit des indications précieuses sur la situation financière des entreprises.

Voir le communiqué de presse.

Urssaf :

Les Urssaf collectent et répartissent les cotisations et contributions sociales qui financent l’ensemble du système de Sécurité sociale (financement du système de santé, des aides au logement ou la garde d’enfants, des pensions de retraite…). Les Urssaf accompagnent également les entreprises en difficultés financières, et participent à la lutte contre la fraude et l'évasion sociale.

Acoss :

Agence centrale des organismes de Sécurité sociale. Caisse nationale des Urssaf, elle assure la gestion commune et centralisée des ressources et de la trésorerie de chacune des branches prestataires de la Sécurité sociale. Elle pilote et anime le réseau des organismes de recouvrement et définit les orientations du recouvrement et du contrôle des cotisations et contributions sociales.